La province de la Tandjilé regorge de ressources naturelles et de potentialités en matière de développement socioéconomique. Photo par Etienne Darveau / PNUD Tchad

 

"Les difficultés d’accès à l’électricité, à l’eau, et l'éloignement de la région sont les principaux obstacles au développement de la région", a déclaré Lam Lam Deo-Gratias. Née à N'Djamena et travaillant comme institutrice à Laï depuis 2003, elle est bien placée pour disséquer les dynamiques de développement de sa communauté.

Le 28 février 2020 à Laï, le gouvernement du Tchad et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont lancé officiellement le Programme d’Appui au Développement Local et à la Finance Inclusive au Tchad (PADLFIT), en la présence de S.E.M. Idriss Deby, Président de la République du Tchad.

Plus de 500 invités de tous horizons ont participé à l’événement organisé dans la province de la Tandjilé. La délégation était notamment composée de partenaires techniques et financiers, de nombreux députés, et d’autorités nationales, provinciales et locales. Le Représentant de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique a honoré de sa présence la cérémonie, à l’instar du Président de l'Assemblée Nationale, du Ministre de l’Économie et de la Planification du Développement et du Gouverneur de la province de la Tandjilé.

Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Idriss Itno Deby, a procédé à la pose de la première pierre. Photo par Etienne Darveau / PNUD Tchad

 

« Le programme traduit l’engagement concret des autorités tchadiennes d’œuvrer en vue de la concrétisation d’une vision commune, celle d’un Tchad prospère, uni et porteur d’espoir au profit des populations, spécialement les femmes et les jeunes », a affirmé le Représentant Résident a.i. du PNUD au Tchad.

Le PADLFIT a un coût global de 640 millions $. Le programme apportera une contribution de 424 millions $ tandis que 216 millions $ seront mobilisés dans le cadre du partenariat d’opportunités sous-jacentes et multisectorielles.

 

Le Représentant Résident a.i. du PNUD au Tchad. M. Yahya Ba. Photo par Etienne Darveau / PNUD Tchad

 

Qu’est-ce que le PALDFIT ?

Ce programme national vise à lutter contre la pauvreté par la promotion du développement économique local pour une amélioration des conditions de vie des populations. Cette initiative intégrée renforcera le développement des infrastructures socioéconomiques, des filières agro-sylvo-pastorale et halieutique, et facilitera l’accès aux services financiers et non financiers.

Sa mise en œuvre a débuté dans la province de la Tandjilé et à terme, il sera opérationnel dans les 23 provinces du pays. Il cible particulièrement les couches défavorisées et vulnérables telles que les femmes et les jeunes habitants des localités rurales, périurbaines et enclavées.

L’approche du PADLFIT

Opérant comme un catalyseur du développement par la base, le PADLFIT s’appuie sur les expériences passées de deux autres programmes mis en œuvre par le PNUD, en l’occurrence le PAFIT (Programme d’Appui à la Finance Inclusive au Tchad) et le PADGL (Programme d’Appui à la Décentralisation et à la Gouvernance Locale).

Il vient également consolider des projets d’infrastructures et renforcer certaines initiatives du Gouvernement du Tchad, en mettant à contribution une expertise technique et des ressources financières pour pérenniser ces investissements.

Pour y parvenir, le PADLFIT s’appuie sur les plans de développement locaux dont il accompagne l’élaboration ou l’actualisation. Ces outils prennent en compte les besoins réels des populations au sein des collectivités et offrent un cadre de dialogue, de concertation pour une gestion saine et un financement durable des projets de développement. Les plans de développement contribuent également à l’amélioration de la gouvernance des structures locales en fournissant aux décideurs publics les outils de gestion et d’information indispensables pour stimuler l’économie locale.

Principales réalisations

En 2019, le PADLFIT a conduit l’élaboration d’un Plan de Développement Provincial (PDP) et dix-sept Plans de Développement Communaux (PDC) dans la Tandjilé. Le PADLFIT a également appuyé l’opérationnalisation de la centrale électrique de Laï et la réhabilitation de 25 bornes-fontaines et du réseau d’adduction d’eau portable de Laï. Plus de 2000 ménages à Laï ont maintenant accès à l’eau potable et des comités de gestion ont été mis en place et formés.

"Avant la restauration, nous ne buvions que de l'eau de puits, avec tous les risques pour la santé que cela pose. Avoir accès à l'eau potable comme nous le faisons maintenant est la chose la plus importante pour ma famille", a expliqué Mme Fatimé.

Sur le plan agricole, le PADLFIT a accompagné la structuration des organisations de producteurs de la Tandjilé et le renforcement de leurs capacités en entrepreneuriat et en gestion financière. Il faut aussi mentionner la mise en place de cinq fermes intégrées et l’appui à 150 groupements féminins en séchoirs et fours solaires.

Les infrastructures prévues dans le cadre de la mise en oeuvre du PADLFIT. Photo par Etienne Darveau / PNUD Tchad

 

Perspectives

L’objectif de l’année 2020 est le démarrage des activités du programme dans 5 provinces et la mise en œuvre effective des activités de construction des infrastructures socioéconomiques (marchés ruraux et centres culturels) dans la Tandjilé. À Laï seulement, environ 6 000 ménages pourront bénéficier de l’éclairage public. De plus, 500 ménages et micro-entrepreneurs pourront développer de nouvelles activités économiques grâce à l’accès à l’électricité.

Optimiste, dynamique et motivée, Lam Lam «espère que ses fils et petits-enfants vivront dans une ville pourvue de services de base efficients et inclusifs. Nous devons développer les zones rurales et créer des opportunités économiques pour limiter l'exode vers N'Djamena et Moundou». 

Icon of SDG 01 Icon of SDG 10

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tchad 
Aller à PNUD Global