La Représentante Résidente du PNUD remet un prix à un participant du FETCOUM

Du 4 au 8 octobre 2019, la deuxième édition du Festival Tchadien de Courts-Métrages (FETCOUM) s’est déroulée à N’Djamena. Cette grande célébration du cinéma africain fut un succès sur toute la ligne. Vitrine exceptionnelle pour le cinéma et la culture tchadienne, elle nous a permis de découvrir des talents cinématographiques immenses et d’apprécier des œuvres de calibre international. Le prix d’honneur a été remis à la comédienne tchadienne Mariam Hunwanu, le prix du meilleur film national à Guelbi Emmanuel pour le film 1er Octobre, tandis que le festival a aussi primé Abdou Gnigue du Sénégal et son film TIMIS dans la catégorie du meilleur film international.

Le PNUD a activement collaboré avec l’Association Tchadienne des Cultures Mixtes (ATCUM) dans l’organisation du FETCOUM, notamment en finançant un colloque sur le thème du « cinéma et de l’innovation » et un concours de scénarii sur les problématiques de participation citoyenne et de prévention de l’extrémisme violent au Lac Tchad. Ces rencontres ont permis d’alimenter la réflexion dans le cadre de la mise en place des laboratoires d’accélération du développement, de relever les stratégies pour stimuler le développement du cinéma, et de manière générale, d’envisager l’innovation culturelle comme vecteur de développement socioéconomique. 

Cet évènement rassembleur et inclusif a mis en évidence le rôle central de la culture dans le processus de développement. De plus en plus, les problématiques développementales ne sont pas unidimensionnelles, mais plutôt marquées par les interconnexions entre les réalités sociales, politiques, environnementales et culturelles. L’appui du PNUD au développement du cinéma s’inscrit donc dans cette logique et est susceptible de contribuer simultanément à l’atteinte de plusieurs Objectifs de développement durable.

Le cinéma constitue en effet un moyen remarquable pour promouvoir la diversité culturelle du Tchad, favoriser la protection des cultures et leur cohabitation pacifique, tout en créant des emplois et des opportunités économiques viables. Pour les jeunes, les femmes et les artistes en général, le cinéma permet de véhiculer des messages puissants, d’informer et de sensibiliser le public, de convaincre les preneurs de décision, et enfin, il constitue un moyen de s’exprimer et d’être entendu.

En clôture du festival, la Représentante Résidente du PNUD au Tchad, Mme. Carol Flore-Smereczniak, a appelé « tous les partenaires à poursuivre leur collaboration pour appuyer le cinéma tchadien dans son développement, afin que N’Djamena devienne un pôle incontournable à l’échelle régionale et internationale ». Elle a également réitéré l’engagement du PNUD « à soutenir le Gouvernement du Tchad et le Ministère de la Culture, les cinéastes et les acteurs du 7e art, pour le développement d’un secteur culturel riche, ouvert, qui reflète la beauté et la diversité du peuple tchadien ».

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tchad 
Aller à PNUD Global