Le réchaud Toumaï

Dans le but d’atténuer les effets du changement climatique, le gouvernement du Tchad a initié et mis en œuvre une loi interdisant la coupe des arbres. Cette mesure a été difficilement acceptée et est peu respectée par la population malgré son importance pour la sauvegarde de l’environnement. En effet, le bois continue d’être la première source d’énergie de cuisson pour les ménages tchadiens. D’après les données de l’Enquête sur la Consommation et le Secteur Informel, réalisée en 2011, 88,6% des ménages tchadiens utilisent le bois comme principale source d’énergie pour la cuisson et 10,9% utilisent le charbon de bois. Il s’avère que moins de 1% des ménages (0,4%) emploient le gaz butane. Autrement dit, la situation demeure alarmante malgré le changement du cadre législatif. Le coût élevé d’utilisation du gaz butane, son inaccessibilité dans certaines zones et les pénuries récurrentes sont les principales causes de sa faible utilisation par les ménages tchadiens.

Le réchaud Toumaï

Le réchaud Toumaï est une innovation de M. Mahamat Nour Abakar, auteur de plusieurs œuvres brevetées par l’Organisation Africaine de Propriété Intellectuelle (OAPI). Son idée est venue de la loi interdisant l’utilisation du bois et du charbon de bois comme source d’énergie pour la cuisson en 2008. Il était question de trouver une alternative pour répondre à l’urgence surtout que l’offre du gaz butane était quasiment absente à cette période.

Le réchaud Toumaï est fabriqué principalement à base du fer et des billes en acier. Il fonctionne avec le pétrole ou de l’huile d’arachide.

 

En quoi le réchaud Toumaï est-il une alternative ?

En comparaison avec le gaz butane, le réchaud Toumaï présente quelques caractéristiques novatrices :

- Il réduit le risque d’explosion ;

- Il permet de cuire plus rapidement car l’intensité du feu peut atteindre jusqu’à 700 degrés Celsius ;

- Il est économique dans le sens où un ménage peut l’utiliser même en ne disposant que 100 FCFA (0,17 dollar), ce qui n’est pas le cas avec le gaz butane où il faut disposer de 3 000 FCFA (5 dollars) pour charger une bouteille de 6 Kg ;

- Il constitue une alternative au bois et au charbon de bois ;

- Il réduit le temps consacré à la cuisine car le dispositif permet d’utiliser à la fois trois casseroles/marmites ;

- Il constitue une alternative aux pénuries récurrentes de gaz butane.

Développement du réchaud Toumaï

Fort de ce constat, le réchaud Toumaï est maintenant produit à grande échelle. Compte tenu de son potentiel environnemental et économique, le gouvernement subventionne la vente du réchaud (petit format) à hauteur de 9 000 FCFA (environ 15 dollars) l’unité pour encourager son utilisation, alors que le prix de vente est de 16 000 FCFA (27 dollars) l’unité. Les gros formats n’étant pas subventionnés, ils peuvent coûter jusqu’à 100 000 FCFA (168 dollars) l’unité. Comparé au gaz butane de 6 kg dont le prix unitaire est de 25 000 FCFA (42 dollars), le petit format du réchaud est relativement mon cher.

Pour l’instant, le réchaud est utilisé par les ménages, les ONG et l’armée. En particulier, l’UNHCR commande régulièrement le réchaud Toumaï au compte des populations réfugiées.

Perspectives

Le produit offre une réelle opportunité de contribuer à la lutte contre le changement climatique. En particulier pour les ménages ruraux pour qui le gaz butane est inaccessible (coût et disponibilité), le réchaud répond à leurs besoins en énergie pour la cuisson domestique. Sa faible utilisation dans les zones rurales doit interpeller l’État et ses partenaires au développement pour une plus grande disponibilité dans ces milieux.

Pour le Laboratoire, l’objectif est de tester l’efficacité du réchaud Toumaï auprès des communautés utilisatrices et d’évaluer son impact environnemental.

Laboratoire d'Accélération du développement du Tchad

Icon of SDG 07 Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tchad 
Aller à PNUD Global