--- Image caption ---

Du 5 au 8 juillet 2019, le Ministère de la Santé Publique (MSP), en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a organisé une retraite afin de coordonner la nouvelle approche intégrée de  mise en œuvre des activités sanitaires. Cet évènement, qui a réuni plus de 40 participants du MSP, du PNUD et d’Expertise France, fut l’occasion de développer des stratégies communes et de stimuler la collaboration pour une meilleure performance des financements externes, et notamment des subventions accordées par le Fonds mondial contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

L’analyse de la situation sanitaire nationale met en évidence la persistance des problèmes de santé publique et l’importance d’assurer une meilleure coordination  des interventions. Les taux de mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile demeurent alarmants. En dépit des efforts déployés par les différents acteurs du développement, le paludisme, le VIH et la tuberculose continuent d’affecter des millions de personnes annuellement et demeurent les principales causes d’hospitalisation et de décès au Tchad.

 

Ces constats démontrent à quel point il est fondamental d’accroître l’efficacité et l’efficience du système de santé tchadien, en investissant davantage dans la formation du personnel, le système d’information sanitaire,  l’accès aux médicaments et aux matériels de qualité, ainsi que la coordination et la supervision des opérations. L’accès aux soins doit enfin être assuré  pour les populations vivant dans les zones d’accès difficiles.

La retraite a permis un échange dynamique et ouvert entre les preneurs de décision du Ministère de la Santé Publique, les entités de mise en œuvre et les principaux partenaires. Les agents de première ligne ont notamment pu énoncer leurs besoins et préoccupations, lesquels seront intégrés dans la gestion des opérations futures.

La retraite a donné lieu à un engagement commun, la Déclaration de Mara, à travers laquelle le MSP et le PNUD ont convenu d’adopter des procédures harmonisées, de concevoir des outils de gestion communs et d’intégrer toutes les activités de mise en œuvre des subventions du Fonds mondial.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tchad 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine République du Guyana Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe