--- Image caption ---

Ce jeudi 08 Novembre 2018, s’est tenue à l’Hôtel la Tchadienne de N’Djamena, la revue annuelle du Programme Tchad-PNUD. Y ont pris part, plus d’une cinquantaine de participants dont des représentants des services techniques de l’Etat, de l’Assemblée Nationale, de la Société Civile, les points focaux et les partenaires clés de mise en œuvre des programmes et projets. Le Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement ainsi que son collègue de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche ont rehaussé de leur présence, l’éclat de la cérémonie d’ouverture des travaux.

 Les objectifs de la revue étaient de (i) faire le bilan des réalisations conjointes et l’évaluation des progrès des cadres programmatiques respectifs - le PND aligné vers la vision 2030 du gouvernement et le CPD du PNUD découlant de l’UNDAF du SNU ; (ii) mesurer les impacts recherchés et faire les ajustements par rapport aux questions émergentes au niveau national et évaluer l’efficacité des approches aux fins de leur correction, et (iii) définir les priorités d’interventions pour l’année 2019.

L’ouverture des travaux a été ponctué par deux allocutions à savoir les mots de circonstance de la Directrice Pays du PNUD Mme Carol Flore-Smereczniak et le discours d’ouverture des travaux du Ministre de l’Economie de la Planification du Développement, M. Issa DOUBRAGNE

L’on retiendra de l’intervention de la Directrice Pays, le rappel des objectifs de la revue.

Concernant le bilan de mise en œuvre du CPD 2017-2018, la DP a précisé que le PNUD a décaissé US$ 61 519 447 pour appuyer le Gouvernement dans la lutte contre le paludisme, la stabilisation et consolidation de la paix, la lutte contre les changements climatiques et les élections et ceci avec le soutien financier du Fonds mondial, le FEM, le Japon et la France.

En termes de perspectives 2019 : au regard de la réduction des allocations propres du PNUD, les appuis seront davantage sélectifs avec un focus sur les ODD en appuyant le gouvernement de façon à atteindre les groupes les plus vulnérables autour des programmes et projets structurants, novateurs pour générer plus d’impacts et de bénéfices tangibles.

C’est sur une note d’information aux participants sur la simplification des procédures internes pour plus de flexibilité, d’agilité et de redevabilité en vers tous les acteurs que la DP a terminé son allocution.

Le ministre de l’Economie et de la Planification du Développement pour sa part, a centré son discours d’ouverture sur le but ultime recherché par la revue qui est l’Identification des atouts et contraintes de mise en œuvre conjoints des programmes 2017-2018, la proposition des mesures appropriées pour une intervention efficace et efficiente vers l’atteinte de la vision du gouvernement et les résultats attendus du CPD.

Le ministre a surtout insisté auprès de l’ensemble des participants sur la nécessité de prise en compte des recommandations pertinentes de la revue dans l’élaboration des PTA 2019 des projets et programmes en cours afin de traduire dans les faits, les engagements respectifs des parties prenantes.

Sous la facilitation du Directeur Pays Adjoint du PNUD et du Conseiller du Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement, les participants ont suivi des présentations portant sur :

-          La vision 2030 : le TCHAD que nous voulons, MEPD - La vision « Go Chad » et les priorités nationales déclinée en 4 axes stratégiques qui sont : l’Unité nationale, la Bonne gouvernance, la Diversification et compétitivité de l’Economie et l’Amélioration de la qualité de vie des populations.

-          Le PND 2017-2021 : contexte, objectifs, axes stratégiques, couts et sources de financement par PAP, dispositifs de mise en œuvre, facteurs clés de succès du PND

-          Le programme pays 2017 – 2021 : introduction et fondements, théorie du changement et planification stratégique au sein du PNUD, priorités du Programme pays, Suivi et évaluation, contexte actuel et marche vers les résultats.

 

-           Les Principaux résultats 2018 – Défis et contraintes par pilier du CPD : Croissance inclusive, Gouvernance, Développement Durable et Capital Humain.

A la suite de cette série de présentations, une session de discussions a été ouverte et a permis aux participants de poser des questions de compréhension, de faire des constats et suggestions.

Ces questions ont essentiellement porté sur :

  1. L’alignement et la contribution des piliers du CPD aux axes prioritaires du PND ;
  2. Le cadre institutionnel de renforcement des capacités nationales et locales pour adresser les lacunes et faiblesses constatés dans la mise en œuvre des projets et le manque d’appropriation des résultats.  La question du renforcement du cadre institutionnel existant (SENAREC) pour mieux capitaliser et gérer les connaissances au sein des programmes et projets a été également évoquée.
  3. Les responsabilités et les solutions envisagés par le PNUD en tant qu’agence d’exécution nationale et les autres parties prenantes pour corriger la faible appropriation des résultats et l’absence de stratégie de sortie ;
  4. La faible implication des ministères et autres partenaires de mise en œuvre dans la présentation des résultats.

Des éléments de Réponses appropriées ont été apportées par les présentateurs :

-          Sur l’alignement des piliers du CPD au PND : tous les piliers sont arrimés au PND et l’ensemble des programmes et projets mis en œuvre contribuent à l’opérationnalisation du PND. Le dispositif de suivi du PND axé sur la GAR permet de vérifier cette intégration des résultats du CPD dans le PND.

-          Sur le renforcement des capacités : l’instabilité institutionnelle au Tchad impacte directement sur le travail de renforcement des capacités des cadres des ministères. Par ailleurs, le renforcement des capacités ne se limite pas seulement à l’acquisition des connaissances mais surtout à l’utilisation des compétences ou expertises acquises.

-          Sur le cadre institutionnel pour l’appropriation et la durabilité : la meilleure approche recommandée reste l’implication active des bénéficiaires et le renforcement du partenariat avec la partie nationale dans la priorisation et la mise en œuvre des plans et programmes ainsi que le suivi participatif de l’exécution des activités de terrain.

-          Sur la stratégie de sortie : le PNUD met en œuvre une approche basée sur l’identification des besoins et le renforcement des capacités des services techniques et bénéficiaires, le transfert progressif de responsabilité de gestion et de compétence et le coaching pour évaluer le niveau d’appropriation.

Ces clarifications ont permis d’engager la présentation sur la Nouvelle façon de travailler du PNUD par la Directrice Pays.

Cette présentation est axée sur 4 dimensions : Le nouveau Plan Stratégique du PNUD, l’Agenda 2030 et les ODD, Plan Stratégique et ODD, Implication pour le travail.

Les questions relatives à cette session ont porté sur :

-          Comment s’assure-t-on que les interventions bénéficient directement aux communautés et quelle est la place accordée à la production dans la stratégie d’intervention du PNUD ?

-          Les motivations de la Nouvelle façon de travailler adoptée par le PNUD

-          Le poids du coût de fonctionnement par rapport au budget programmatique.

Les réponses à ces préoccupations ont permis aux participants de s’imprégner des domaines clés d’intervention du PNUD en appui au Tchad.

A la suite des présentations en plénière, quatre (04) groupes de travail ont été constitués autour des piliers du Document du Programme Pays (CPD) 2017-2021.

Une matrice harmonisée servant de guide méthodologique a été partagé aux différents constitués pour faciliter les orienter les réflexions et favoriser la participation de la partie nationale aux discussions.

Des échanges et des discussions ont été réalisés au terme de ces présentations et des travaux de groupe permettant une meilleure compréhension et une appropriation du processus de revue par les participants. Chacun des groupes a dégagé des activités prioritaires sur lesquelles seront bâtis les Plans de Travail Annuels 2019.

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Tchad 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine République du Guyana Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe