Le PNUD et l'urgence environnementale et énergétique

05 nov. 2013

imageL'accès à l'eau est problématique, surtout dans la zone sahélienne. Crédits:P.Peron/OCHA


Si la croissance économique et démographique se  poursuit sans l’apport de nouvelles technologies ou l’adoption de changements drastiques dans la manière dont les ressources sont utilisées, notre planète ne sera pas en mesure de soutenir l’économie mondiale. Certains experts mettent en garde contre un possible effondrement des niveaux actuels de  production et de consommation, les changements climatiques menant à une diminution de la nourriture et de l’eau salubre ainsi qu’à une recrudescence des maladies et des événements climatiques extrêmes.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat estime que d’ici 2020, entre 75 et 250 millions de  personnes en Afrique pourraient être confrontées à des  pénuries d’eau ; la production agricole pourrait diminuer de 30% en Asie centrale et du Sud ; et l’agriculture irriguée par les chutes de pluie pourrait chuter de 50% dans certains pays africains.

Si les températures augmentent de plus de 2° Celsius en Afrique sub-saharienne, 600 millions de personnes  supplémentaires de la région pourraient se trouver confrontées à la faim, à de nouvelles épidémies de maladies portées par les moustiques ainsi qu’à des pertes agricoles additionnelles pouvant représenter jusqu’à 26 milliards de dollars E.U. d’ici à 2060.

À la lumière de la crise économique mondiale, les pays  ont l’occasion de briser le cycle du carbone et de relancer leurs économies en investissant dans la croissance verte à faible émission de carbone. Le PNUD est en pointe à cet  égard : il contribue à accélérer la transformation des économies en développement en leur faisant prendre des voies plus durables, en renforçant l’accès aux sources d’énergie plus propres et en réduisant les risques de catastrophes climatiques grâce à une meilleure adaptation, prévention et gestion des crises.

La réponse globale du PNUD
Le PNUD aide les pays à renforcer leurs capacités pour faire face aux défis environnementaux et énergétiques aux niveaux  mondial, national et communautaire, en identifiant et en partageant les meilleures pratiques, en fournissant des conseils  politiques novateurs et en reliant les partenaires par le biais de projets aidant les populations des pays en développement à s’assurer des moyens d’existence durables.